lettre d'amour

(You can translate this page, click to the english flag) 

 

 

Pourquoi écrire à cette fille ? N’y en a t'il pas une autre ailleurs ? Crois-tu que cette denrée là est rare ? Ne dit t’on pas qu’il y a plus de femmes que d’hommes sur cette terre ?

 

Pourquoi ?

Parce qu’entre mille, c’est celle là qui m’envoûte, réveille mon désir, occupe mes pensées. Elle est ma destinée, l’élue de mon cœur. Je le sais, je le sens. Alors je passe mon temps dans ces lignes et je m'y retrouve, comme être en fase avec moi-même. Je m’y perds aussi quand elle vient me parler, cette sensation de ne pouvoir tout maitriser. Certaines choses dans la vie ne se commandent pas, on les prend comme ça vient. Cette belle « chose » là, je la prends tout entière et personne ne pourra me détourner de ce chemin, car il me va à merveille. 

 

Qu’est-ce qui est mieux pour moi, où se cache mon bonheur. Comme vous, je ne le connais pas et je me laisse guider par mon coeur.  Je fais confiance aux sentiments qui s'y dégagent. J’ai une soudaine envie de donner, sans pouvoir en attendre, tout en sachant qu'un jour ma récompense sera là. 

 

Je ferais des émules, des surpris, des stoïques. Certains essaieront de décoder mon secret de réussite afin d'emprunter le même chemin, trouver ce bonheur qu'on cherche tous un peu, des fois, souvent. J’ai attendu, attendu, et maintenant vous qui me regardez, voyez combien mon bonheur est grand.

 

J’ai souffert, je me suis posé tant de questions. J’ai hésité ce fut un temps et la lassitude avait toute sa place pour grandir. Mais non, rien ne passe, rien sauf l’amour qu’on peut porter à une autre personne.

 

Passez votre chemin braves gens, ne regardez pas autour de vous, ne cherchez pas, restez dans votre monde. Moi j’ai trouvé le mien, celui où mon être aimé s’y trouve aussi.

 

Aujourd’hui je construis en y mettant les plus solides des pierres, l’une après l’autre. Au final, vous pourriez toujours essayer de le détruire, de passer à travers, rien n’y fera, l'œuvre d'elle et moi sera d'une solidité à toute épreuve. Vous pourriez toujours vous demander ce qu'on y aura mis, quels étaient les bons ingrédients, comment l'histoire s'est crée, vous n'y arriveriez pas. 

 

Nous avons notre formule, nos plans, nos remèdes, nos bons éléments. Le partage ici n'a pas sa place, notre secret est bien gardé. Je le vois rayonnant de bonheur, tel un jardin aux mille couleurs représentant chaque moment de joie,  et au milieu une source intarissable, source de notre amour. Ne jetez pas de pièce pour y faire un vœux, ne venez pas prier pour trouver la même passion, se sera peine perdue. 

 

Depuis que j'ai trouvé cette passion, je ne rêve plus, je vis maintenant dans un monde réel. J’ai une envie débordante de découverte, de parcourir avec elle des sentiers inconnus, de patauger dans les mêmes flaques, de piétiner la même herbe, de vivre tous les instants « T » en sa compagnie.

 

Ne m’enlevez rien de tout cela, n’allez pas crier sur les toits que celui là il a trouvé le bonheur. Je ne désire pas partager, être égoïste et accepter ce défaut  jusqu’a la fin des temps.

 

Je n’ai pas demandé autant, je l’ai eu tel un cadeau. Si vous voulez dormir prenez mon lit, si vous avez faim prenez ce qui reste dans mon frigo, si vous avez froid restez chez moi, mais ne me prenez pas le bonheur que je vis en ce moment. Laissez-moi tout ce qui vient d’elle, tout ce dont je veux lui donner, ne volez pas mes sentiments et laissez les siens venir à moi.

 

Je vois ce qui se dessine devant mes yeux. J’entends les bruits qui font frissonner tout mon être. Je n’ai qu’une hâte, c’est de pouvoir toucher du bout des doigts cette nouvelle vie qui m’attend là dans si peu de temps.

 

Vous,  restez aveugles, soyer sourds à ce qui se présente à vous, n’entrez pas quand la bonne personne vous ouvre, et vous  connaîtrez alors qu’un chemin poussiéreux où rien ne pousse, là où le cœur n’est qu’un roc.

 

Pourquoi elle ?

Un ordre qui est dicté par mon cœur : "Vas-y fonce mon petit gars,  rattrape-là,  investi-toi et donne-lui ce que tu as de meilleur."

 

Je ne peux l’oublier une heure, un jour, une semaine. Et même si elle voudrait m’oublier, il me serait impossible de retirer tout ce qu’il y a en moi pour elle. Je suis trop contaminé par les souvenirs, par la vision de son visage, par la douceur de ses paroles, le plaisir de l’avoir eu à mes côtés un court instant.

 

Inutile de courir afin de chercher où elle se  cache. Je ne la vois pas avec mes yeux, mon cœur me guide vers elle. Et celui là on ne peut pas le tromper.

 

Ici on ne vend rien, on partage notre bonheur ! 

L11