lettre d'amour

Comment un homme doit t’il aimer une femme ?

 

Je réalise que je n’ai toujours pas la science infuse pour cela et me remettre en question améliore ce sentiment profond que je te porte. Alors je vais faire le contraire et me demander ce qu’une femme pourrait détester chez un homme. En un mot, ce qui pourrait tuer un Amour existant. Regardons ce monde qui nous entoure afin d'en tirer des leçons et apprendre à mieux t’Aimer. A moins que mieux aimer que ça, n’existe pas.

 

…J’ai vu certains cesser de s'investir pour l'autre, peut être parce qu’ils n’y croient plus, ne veulent plus, par manque de confiance, de temps, de volonté ou simplement finissent t’ils par se dire que ce n’est plus de leurs âges.

 

…D’autres se sont perdus dans leurs habitudes, bonnes ou mauvaises, et cela semble leur convenir. Ceux là veulent t’ils rester sur leurs acquis, ne plus avancer, ne plus vouloir se booster ?

 

…Si seulement celui là aiderai un peu plus sa femme tous les jours. Il est bon pour un homme de mettre « les pieds sous la table », et à n’en pas douter la femme apprécierait aussi d’en faire autant. Qu’il aille travailler, qu’il sache faire la vaisselle, qu’il fasse aussi toutes ces petites choses et il finira bien par se rendre compte du temps que cela peut prendre et de la fatigue qu’on en récolte.

 

…Je n’ai pas vu celui là pleurer avec sa femme. Ne veut t’il pas partager son chagrin ? Peut être qu’au moment de rire il en profitera d’autant plus.

 

…Pourquoi à table certains hommes veulent être servis en premier ? Ils ignorent qu’un bon repas est synonyme de plaisir et de partage qui procure un bonheur intense.

 

…Et que dire de  la réflexion de cet homme : « Je n’ai pas envie que tu me touches » ! Un baiser est si bon, une caresse un vrai délice quand il est fait avec Amour. Ca devrait être reçu comme un cadeau et non une contrainte.

 

…Celui là a des gestes incertains, ne sait plus ce qu’il dit, est insultant, imprévisible et fait peur ! Oui l’alcool est son fléau, à moins que ça soit le fardeau de sa femme. Peut-il y avoir encore de l’Amour quand cet élément fini par prendre toute la place ? Non, voilà une porte qui s’ouvre vers le malheur ! L'oeil de cette femme a changé de couleur ce jour et n’allez pas croire qu’elle porte une paire de lunette de soleil pour son plaisir. Ses beaux yeux cachent des fois une douleur profonde. Pourquoi cette violence pour certaines, pourquoi elles ?

 

…Je l’entends celui là parler à ses amis et ses collègues. Pourquoi dénigre t’il autant sa moitié, ne reconnait aucune qualité en elle, n'adhère pas ses goûts ? C’est justement le beau parleur, mais à n’en pas douter il a déjà un 2ème défaut : Il ne sait pas écouter, à moins qu’il n’écoute que lui-même.

 

…A-t-elle seulement eu un encouragement, un soutien quelconque ? Ses diverses qualités ont t’elles été reconnues ? Un mot gentil lui ferait peut être du bien à celle là ! Lui et encore lui, seul compte lui : "L'homme"

 

En résumé, à voir la souffrance de certaines, je me dis que je veux continuer à t’Aimer comme je le fait. Je veux encore me donner de la peine pour toi, pour nous et continuer à croire en cet Amour. Avancer sur cette voie en comprenant toute la fragilité de la femme que tu es, et de ta douceur. Je dois comprendre ce que tu m’apportes, toi la femme, m'est bénéfique. Je ne dois pas vouloir m’en passer. C’est à moi de te protéger et de te respecter car tu es mon « égal ».

 

Alors si on me laisse le soin de t’Aimer encore un peu plus, je dirais que je veux vivre dans les péchés avec toi :

 

L'envie : Découvrir les beaux endroits, faire des projets, réer et être gourmand : Peut être de chocolat, un peu, mais aussi de croquer la vie à pleine dent.

La luxure : A une certaine dose, en n’oubliant pas d’où on vient et se respecter sois-même avant tout.

L'avarice : Juste avoir la tête sur les épaules, et pour le reste en profiter.

La paresse : Un défaut à déguster ensemble quand le moment se présente. La détente peut être une récompense aux investissements.

La colère : Oui, il y aura encore un zeste de cela, mais toi et moi on sait combien cela nous fait du mal quand il sonne à notre porte.

La jalousie : Je ne veux pas être celui qui t’étouffe, mais au contraire celui qui peut respecter tes choix, tes goûts, ta vision de la vie.

Le désir : en un seul mot « partage » ! Susciter chez l’autre l’attirance mutuelle pour garder la flamme qui fera qu’on boira ensemble cette fameuse soupe. Raconter nos exploits et vouloir en vivre d’autres.

 

Arriverai-je à toucher encore ton cœur ? Le bonheur tu le mérites et je continuerai chaque jour à faire en sorte que  tu finisses toujours par te dire : « Oui c’est celui là » Je voudrai garder ce « savoir parler d’Amour » rien que pour toi, car tes yeux brillants me le rendent bien.

 

Ici on ne vend rien, mais on partage notre bonheur ! 

L11