mots d'amour

 

J’ai vécu dans la grisaille et la monotonie d’une usine pétrochimique. Je ne pouvais savoir ce qu’allait être ma vie, ce que le destin me réservait. J’étais dans une prison où tourner en rond était devenu mon quotidien. Je ne voyais aucune beauté. Je ne prenais aucun plaisir dans ce paysage. N'ayant que mes rêves, je me voyais voyager très loin, loin de cet endroit dont personne n'en voulait. L’envie d’aller voir ailleurs, d’avoir la volonté d’arpenter les routes du monde, se laisser porter au grès du vent,  dans le but d'avoir une autre vision de vie, grandir dans sa tête, dans son cœur, se laisser s’ouvrir aux autres.

 

Quelquefois ce voyage là peut se faire autrement, surtout quand on croit, on pense avoir trouver son âme sœur. Vouloir toujours avancer avec ce chiffre deux. On a beau essayer de faire le tour de toutes les questions, l'être aimé fera partie de ce voyage. Arpenter là aussi les chemins boueux, s'il le faut, s’en sortir ensemble aux fins d'oublier cette grisaille, cette vie qui semblait au départ ne laisser aucun autre choix.

 

Heureux celui qui trouve l’Amour sur son chemin, car il découvrira aussi une innombrable petite source de bien être. Nos yeux ne sont que pour l’autre, avec cette envie d'humer un seul parfum. Se rendre compte qu’il ne peut y avoir qu’un seul goût, celui du tendre baiser partagé.

 

Je me souviendrais de ce moment où elle était ressortie du magasin en ayant acheté une paire de chaussure verte. Dans un autre temps, une autre situation, elle ne l’aurait jamais fait. Réalisait t’elle seulement une minute ce qu’elle venait de faire ? Non ! J’aurais dû la laisser seule dans ses achats, je l'ai certainemet pertuber. Seul son cœur devait être pris et lui laisser ses yeux pour gérer le monde réel.

 

Quand on aime, on devient égoïste. On veut ses yeux, sa bouche, son nez. On veut tout de sa dulcinée. On peut rire aussi de petites choses, ou analyser les moments de la vie autrement, en restant simplement assis là sur un banc, l’un contre l’autre.

 

Ce chat qui se trouvait sur ce toit, là en face de nous,  n’avait rien demandé. Qu’on le laisse lui aussi vivre sa vie. A un moment la chatte s’est portée à sa hauteur et son histoire prenait une autre tournure. Coller l’un à l’autre, ils dégageaient une pure douceur et tous les ingrédients de l'Amour. 

 

Pourtant perchés là sur ce toit, dangereux et improbable, ils pouvaient basculer à tout moment. Qu'elle belle image. Ils étaient ensemble, rassurés et apaisés, prenant les mêmes risques.  Ils étaient surs d’eux, surs qu’ils retomberaient sur leurs pattes.

 

L'image de deux personnes qui se portent un amour pour la vie. Faut y aller, se lancer, se projeter dans un avenir serein ou l’’indifférence  n’a pas sa place. Etre là sur la route d’une autre vie ou les panneaux d’interdictions deviennent des exceptions, ou les bifurcations se fassent pour que les jonctions soient encore plus belles.

 

L’Amour nous fait vivre ces instants merveilleux où seuls quelques privilégiés sont invités. Faut comprendre et apprécier sa chance, savoir saisir ce qu’est le vrai bonheur de porter une passion à quelqu'un d'autre. 

 

Le bonheur peut être aussi simple que d’aller manger des pistaches grillées sur un banc tout en regardant passer ceux qui cherchent encore, ceux qui n’ont pas su ouvrir leurs yeux, et plus important encore, ouvrir leurs cœurs.

 

J’ai pu  alors voir mon usine d’un autre œil : L’herbe était verte, les fleurs poussaient et il faisait bon d’y être. Je me suis dit alors qu’un seul être  pouvait changer tout ça, celle que j’aimais et qui était à mes côtés.

Ici on ne vend rien, mais on partage notre bonheur !

L11